Accueil / Accréditations / Introduction

Introduction

Un organisme agréé pour l’accréditation des chirurgiens depuis 2009

 

Si l’on excepte la réglementation afférente à l’organisation des services de chirurgie pédiatrique, des blocs opératoires et de la chirurgie ambulatoire, la chirurgie des enfants est peu encadrée par des recommandations de pratiques professionnelles ou des recommandations pour la pratique clinique. Par ailleurs, malgré l’existence d’une compétence ou d’une spécialité de chirurgie pédiatrique reconnue par l’ordre des médecins, la chirurgie des enfants est très souvent réalisée par des chirurgiens dits « d’adultes » et très souvent dans le secteur privé.

Créé en septembre 2008, le Conseil National de la Chirurgie de l’Enfant a un rôle fédérateur. il est le représentant unique de la profession lorsque celle – ci est intéressée dans son ensemble.

Véritable conseil professionnel fédérant les médecins et les chirurgiens impliqués dans la prise en charge des affections chirurgicales de l’enfant, le CNCE se compose actuellement des entités suivantes :

  • le Collège NationalHospitalier et Universitaire de Chirurgie Pédiatrique (CHUCP) ;
  • la sous section 54.02 de chirurgie Infantile du Conseil National des Universités (CNU) ;
  • la Société Française de Chirurgie pédiatrique (SFCP) ;
  • le Syndicat des Chirurgiens Pédiatres Français (SCPF) ;
  • l’Association des Chirurgiens Pédiatres Libéraux (ACPL) ;
  • l’Association Française d’ORL Pédiatrique (AFOP) ;
  • la Société française de neurochirurgie Pédiatrique (SFNCP) ;
  • la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio – Vasculaire (SFCTCV) ;
  • l’Association des Anesthésistes Réanimateurs pédiatriques d’expression Française (ADARPEF).

Le conseil national de la chirurgie de l’enfant devient en avril 2009 organisme agréé pour l’Accréditation.

MISSIONS

 Promouvoir et défendre la place et la spécificité de la chirurgie et de l’anesthésie de l’enfant en France.

Le Conseil National de la Chirurgie de l’Enfant a pour objet de promouvoir et défendre le rôle et la place de la chirurgie et de l’anesthésie de l’enfant en France, de faire valoir son caractère spécifique et indispensable dans le système de soins des enfants. 

La Commission du CNCE dite « OA – CNCE » est en charge de l’ensemble du processus d’accréditation. Son rôle est aussi :

  • de participer à la mise en œuvre des programmes d’amélioration de la sécurité des pratiques ;
  • de mener des études de risques et en particulier de développer la recherche dans ce domaine ;
  • d’élaborer des recommandations générales ;
  • d’assurer une veille scientifique sur les risques. 

ACTEURS ET DYNAMIQUE

La commission dispose de 8 experts. 73  médecins sont engagés dans la démarche et 53 restent actifs au 31décembre 2012. La plupart des membres de la Société Française de Chirurgie Pédiatrique qui comprend 270 praticiens inscrits en 2011 et exerçant la chirurgie dite générale de l’enfant (viscérale, urologique, cervico – thoracique).

le CNCE a identifié 4 situations à risques :

  • inadéquation de la prise en charge en chirurgie ambulatoire de l'enfant
  • erreur médicamenteuse en chirurgie infantile, de la prescription à l'administration
  • matériel inadapté à l'enfant
  • défaillance de la prise en charge d'un patient sous anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire (programme interspécialité)

Depuis 2009, différentes activités d'accompagnement et de surveillance des risques ont été mises en place :

  • l'OA s'est particulièrement investi dans la création d'un outil d'analyse des Evénements Porteurs de Risque ciblé sur les défaillances dans la prise en charge des enfants en  chirurgie ambulatoire (tableau à double entrée permettant de caractériser les causes immédiates : voir retour d'expérience). Des rappels sont régulièrement effectués auprès des praitciens pour améliorer la sécurité des soins
  • il a également été choisi de cibler l'observation des erreurs médicamenteuseschez l'enfant  en milieu chirurgical et encourage particulièrement la déclaration d'EPR à ce sujet.
Activités d'analyses des pratiques

Dans le cadre de la déclaration et de l'analyse des EPR, l'OA CNCE a analysé 161 EPR au 31 décembre 2012.

Par ailleurs, un questionnaire d'auto évaluation des pratiques organisationnelles en chirurgie ambulatoire est exigé dans la programme individuel de chaque praticien engagé.

Parmi les 100 premiers EPR analysés sur la chirurgie ambulatoire de l'enfant, l'OA CNCE préconise un certain nombre de nouvelles recommandations (retrouvez les dans le chapitre Retour d'Expérience).

Retour d'Expérience sur les 100 premiers EPR sur la Chirurgie Ambulatoire de l'enfant

Barrières permettant d'éviter un dommage clinique au patient lors de sa prise en charge en chirurgie ambulatoire.

  • importance de la visite préopératoire le matin de l'intervention par le chirurgien ou le médecin anesthésiste ou par l'infirmière sur la base de critères définis préalablement (type check list) selon un protocole validé par l'ensemble des membres de l'équipe en charge du patient pour vérifier l'absence de pathologie intercurrente (générale ou loco régionale) ET la réalité du jeûne.
  • importance de la check list au bloc opératoire et son adaptation au petit enfant, particulièrement en ce qui concerne, la vérification de l'identité.
  • importance de l'information délivrée autour du jeûne préopératoire et les modalités de sa mise en oeuvre à l'aide d'un document détaillé et ludique ainsi que l'assurance de sa bonne compréhension par les parents.
  • importance de l'organisation de la sortie et du suivi post opératoire et surtout  la maîtrise de la douleur par des ordonnances d'antalgiques anticipées dès les consultations préopératoires, prescriptions anticipant la recrudescence de la douleur à J+1, documents et CR remis au patient pour assurer la continuité des soins, la qualité et la pertinence de la prise en charge du patient par le médecin traitant.

Barrières permettant d'éviter un échec de la prise en charge en mode ambulatoire.

  • importance de l'appel de la veille voire J-2 pour s'enquérir de l'état de santé de l'enfant, pour rappeler les consignes de jeûne et s'assurer de leur bonne compréhension, pour éviter une admission et une déprogrammation à J0.
  • importance d'avoir défini au préalable et entre les professionnels concernés et protocolisé, les bilans biologiques nécessaires pour éviter des retards ou des déprogrammations à J0 en l'attente de résultats d'examens biologiques faits à J0.
  • importance de la transmission de données fiables : dossier renseigné, autorisations d'opérer signées (vigilance accrue en situation de parents séparés), nature de l'acte prévu, matériel nécessaire.
  • nécessité d'une programmation au bloc opératoire cohérente avec les nécessités de l'ambulatoire : éviter les prises en charge tardives du fait d'urgences intercurrentes, d'indisponibilité de salles, de prolongation imprévue de l'intervention précédente. 
 Activités d'acquisition ou d'approfondissement de connaissances ou compétences
  • formations régulières des praticiens engagés sous forme d'un enseignement spécifique au cours du congrès du congrès annuel ou séminaire jusqu'en 2011 et depuis 2012, formations exclusives à l' HAS (voir rubrique Journées Formation Risque)
  • organisation d'une journée en mars 2012 et en novembre 2012 pour approfondir les concepts de la gestion des risques et de leur réduction.

L'OA Accréditation a produit 7 publications et communications sur le thème de la chirurgie ambualtoire de l'enfant.

Incitation à suivre deux recommandations :
  • recommandations en chirurgie ambulatoire de l'enfant de moins de 18 ans;
  • mise en place de la Check List "sécurité du patient au bloc opératoire"

L'OA - Accréditation a produit des recommandations par consensus formalisé d'experts.

 

 

 

To Top